Loctudy-Guilvinec en vélo

Après un bon repas dans le camion, garées sur le port de Loctudy (là d’où partent les navettes pour les îles Glénan), nous voilà équipées de nos vélos pour rallier Le Guilvinec.

C’est parti pour une petite portion sur la route puis nous arrivons rapidement sur la voie verte. Arrive le petit village de Lesconil. On entend de la musique. On s’approche. 15 août oblige, il y a une fête bretonne dans l’enclos de l’église de Lesconil : chants marins, jeux bretons et crêpes bien entendu (on a moins aimé les parcours en calèches par 2 chevaux fatigués qui n’avaient rien demandé par contre 🙁 )

On réussit à résister à une crêpe/kouign amann et on repart direction Le Guilvinec par le sentier côtier. Pas super pratique de pédaler dans le sable, mais la vue était superbe.

On rattrape ensuite la voie verte jusqu’au port de pêche du Guilvinec étonnamment vide de marins mais ouvert au public en ce jour férié. On en profite pour approcher de plus près cet univers qu’on ne connaît que trop peu.

On grimpe ensuite l’escalier menant à Haliotika, la cité de la pêche, pour apprécier la vue sur le 1er port français de pêche artisanale.

Dans les rues, nous sommes chanceuses, un festival photo en plein air sur le thème « L’Homme et le mer » investit les murs de la ville. Le travail des hommes liés à la mer est magnifié par 5 photographes : Charles Marion, Christophe Hargoues, Frédéric Briois, Gilles Nicolet, Jérémie Kerguelen, Morgan Maassen, Patrice Clément et Zacharie Rabehi.

On aura même l’occasion de rencontrer Bloas, qui colle ses géants peints sur papier aux murs de France et d’ailleurs (quelques milliers à ce jour).

Puis, c’est graal, la récompense ultime : la crêpe au caramel au beurre salé, avant de retourner à notre point de départ, Loctudy.

En vélo, on a repéré un spot au bord des dunes de Treffiagat, on y passera la nuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *