3 semaines en Malaisie

Ce qu’on a adoré en Malaisie :

  1. Se prendre pour Robinson Crusoé dans les Perhentians
  2. Randonner dans le parc national du Taman Negara
  3. Visiter les plantations de thé de Cameron Highlands
  4. Se faire dorer la pilule sur l’île de Langkawi
  5. Dormir dans une maison traditionnelle au Temple Tree
  6. Crapahuter dans la capitale, Kuala Lumpur

 ​
1. LES ILES PERHENTIANS

Nous n’avons pas regretté notre choix d’« hôtel » (cabane au bord de l’eau), éloigné de la foule, qui nous a permis de vivre à la Robinson Crusoé pendant 3 jours : Mira Chalet (Keranji Beach)

Salle de bains partagée et confort sommaire des chalets, en échange :
– d’un accueil chaleureux et des hôtes aux petits soins
– d’une vue imprenable sur l’une des plus belles plages de l’île de Kecil
– d’un superbe coucher de soleil tous les soirs
– de bons petits plats préparés avec amour (dont poisson frais au barbecue)

Un coup de coeur !

Cerise sur le gâteau : la sortie snorkelling au milieu des requins puis des tortues. Un peu flippant mais contentes d’avoir vécu un tel moment !

 

2. LE PARC NATIONAL DU TAMAN NEGARA

Nuit dans une guesthouse à Kota Bahru en attendant le départ du train de la jungle (6h30) jusque Jerantut, puis bus jusque Kuala Tembeling (embarcadère pour le parc national du Taman Negara)

6h30, ponctualité oblige, notre taxi nous attend.
7h, arrivée à la gare où nous prenons notre billet Kota Bahru-Jerantut (7h de trajet nous attendent dans un train surclimatisé, on se rhabille).

Nous luttons contre le sommeil et le froid mais profitons de splendides paysages à la lumière du petit matin.

13h50, arrivée à Jerantut. Le dernier bateau à Kuala Tembeling (environ 1/2h de Jerantut) partant à 14h, on avait décidé de dormir à Jerantut…avant qu’un taxi nous propose de filer à l’embarcadère en nous assurant qu’on aurait le bateau… Suspens… Quelques kilomètres plus tard, le taxi nous annonce qu’on va devoir changer de voiture. Hop, on monte dans un minibus (il est 14h) et 1/4h plus tard, nous voici arrivées à Kuala Tembeling où l’on paie l’entrée au parc du Taman Negara, une taxe appareil photo et le trajet en bateau. On va donc embarquer. L’aventure peut vraiment commencer ! Nous filons au ras de l’eau vers notre destination en nous enfonçant peu à peu dans la jungle.

La lumière devient plus rasante, les passagers de la pirogue se sont tus, nous sommes entrés dans une somnolence rythmée par le bruit des flots et le ronronnement du moteur. Juste le temps d’apercevoir une dizaine de petits culs des gamins Orang Asli (tribu nomade habitant sur le fleuve), nous débarquons, au terme de 3h30 de trajet, sous une magnifique lumière du soir.

Nous emmenons nos sacs à la Tahan Guesthouse, 1er effort qui nous laisse augurer de la chaleur et de l’humidité ambiantes.

Dîner sur un floating restaurant (Mama Chop) : chicken curry et Ayam Tomyam (bouillon très très très épicé) sont au menu.

Réveil réglé le lendemain matin à 9h pour débuter une graaaande journée de marche dans la jungle…
Faux départ. On ouvre le 1er oeil à midi malgré un gros orage et la prière de la mosquée avoisinante à 5h du mat’ !
Début effectif après petit déj à 13h30.
Traversée de la rivière pour rejoindre l’entrée du parc (nous logeons sur l’autre rive).
A 14h, nous nous enfonçons dans la jungle, enduites de crème anti-moustique, les chaussettes bien remontées en prévention des sangsues.
Après 1/2h de marche, nous arrivons au canopy walkway (pont suspendu à 40m de haut, sur 500m de long). On a ici obtenu le diplôme du courage anti-vertige ! En réalité, la végétation est tellement dense que ce diplôme n’a aucune valeur 😉

Une heure de marche plus tard, aidées des racines des arbres, nous atteignons le sommet de Bukit Teresek (344m), d’où la vue est superbe.

La descente s’avère plus délicate (orage la veille), boueuse, glissante mais on est encore sur une portion 3 étoiles avec cordes pour aider mamie à descendre…

Une sangsue et une heure de marche plus tard, nous arrivons (enfin ?) au mérité lieu de baignade (lol), Lubok Simpon, qu’une seule de nous expérimentera…
Et une sangsue de plus.

Retour au bercail sous un ciel menaçant. 3 sangsues à zéro, score final.

 

3. CAMERON HIGHLANDS

De retour du parc national du Taman Negara, un bus nous prend en charge de l’embarcadère de Kuala Tembeling direction les Cameron Highlands (plantations de thé). 3h de trajet en vue.
Notre chauffeur, que dis-je, notre pilote, nous mènera à bon port en 2h40, 20min de pause incluses !!!
Celui-ci nous dépose à notre « Fathers Guesthouse », ancienne retraite de pères catholiques.

Allégées de nos gros sacs, nous allons nous adonner à l’une de nos activités favorites : manger.
Ici, c’est plutôt indien. Et ce midi, on s’est ré-ga-lées ! Au menu : mango juice, poulet tandoori, cheese naan.

 

 

 

 

 

On se balade un peu dans LA rue principale, glanant quelques infos sur les randos que nous avions préalablement repérées : #1 ou #9A. Elles mènent toutes les deux à un sommet puis bifurquent ensuite sur un chemin menant à une plantation de thé proposant visite et dégustation. Affaire à suivre…
En bonnes touristes que nous sommes, nous recherchons l’office du tourisme. Ne maîtrisant encore une fois pas bien la langue, nous nous retrouvons au poste de Police ! Là, un gentil policier fraîchement débarqué à Tanah Rata (l’une des 3 villes des Cameron Highlands, avec Ringlet et Brinchang) ne sachant pas où c’est, demande l’info à son collègue sur le départ, qui n’a pas l’air plus au courant. Qu’à cela ne tienne, le policier ferme le bureau de Police et nous emmène à la recherche de ce fameux office du tourisme… Quelques minutes plus tard, nous nous arrêtons à la « bus station » et décidons de libérer notre serviteur. Nous apprenons alors que l’office du tourisme a fermé. Fin de l’histoire.

Avant l’effort, le réconfort. Alpaguées avant le déjeuner pour différentes prestations de massages, nous décidons de nous laisser tenter par le package numéro 5 : foot reflexology + body + neck + hand. 75 minutes de bonheur pour 15€ !

Retour dans notre chambre pour profiter du wifi et première bière du séjour avant de remanger indien au dîner.
Demain, on attaque les choses sérieuses. On opte finalement pour le 9A.

Chose assez rare pour être signalée, nous nous réveillons avant que le réveil ne sonne. Nous dégustons un délicieux petit déj à la guesthouse : oeufs, toasts, confiture aux fraises locales, scones, accompagnés de la boisson locale, le thé au lait. Nous voilà repues pour partir à la conquête des plantations de thé !
Nous empruntons la jungle walk #9, qui est agrémentée de quelques épreuves : franchissement de rivière, escalade de tronc d’arbre, sentier éboulé, passage de geyser consécutif à la rupture de la conduite d’eau que nous suivons, etc.
La végétation se faisant de plus en plus dense, nous distinguons maintenant à peine le chemin, mais nous tenons bon. De notre surplomb, nous apercevons les premières cultures, comme vues du ciel. Notre chemin débouche enfin sur des plantations bassins gorgés d’eau, dans lesquels les paysans pataugent en bottes jaunes et il est arrosé une fois cueilli… mais pas de thé à l’horizon pour le moment…


Nous rejoignons la route goudronnée qui mène à notre destination finale, la plantation Boh Tea, à 5 ou 7 km, selon l’humeur, les panneaux indicateurs ou les cartes, plutôt approximatives.
La route tortille et grimpe bien joliment à travers un paysage de bassins verts qui s’empilent jusqu’à l’horizon. Nous grimpons, contemplons, quand soudain au détour d’un virage, nous apercevons un nouveau paysage, plus atypique. Encore quelques minutes d’effort et ça se confirme : les plantations ne sont que là-bas, bien plus haut, bien plus loin. Nous délaissons de ce pas nos jolies parcelles vertes de ce que nous tenions pour du thé qui s’avérera plus tard être une sorte de cresson…
A 2km du sommet, l’entrée officielle de la plantation Boh Tea marque scrupuleusement le début des cultures. Encore quelques pas et nous nous retrouvons face à un spectacle incroyable tels des massifs taillés à l’anglaise, d’une multitude de nuances de verts. Les théiers s’accrochent jusqu’aux sommets, comme pour défier la loi de la gravité. Nous poursuivons notre ascension et découvrons à chaque virage un point de vue incroyable, en nous félicitant d’avoir marché jusque là.
Dernier kilomètre, nous passons les maisons des ouvriers et croisons un groupe de cueilleurs. L’un d’eux nous invite à le rejoindre pour nous y essayer. Arnachées tour à tour d’un panier en osier à simples bretelles, nous donnons quelques coups d’une sorte de sécateur qui retient les feuilles pour les faire tomber par-dessus notre tête. Séance photos et nous entamons les derniers lacets jusqu’à la fabrique et le salon de thé.

 

Dégustation sur la terrasse pour contempler encore et encore la vue, puis visite au pas de course de la petite usine, dont nous ne ressortirons pas expertes : l’anglais très teinté d’accent de notre guide est couvert par le bruit infernal des machines et nous avons un train de retard à chaque étape du process. On sait juste que ça broie beaucoup et que ça assèche !

Un dernier effort pour rallier l’ultime point de vue sur la vallée et nous partageons le taxi du retour avec l’unique couple de marcheurs du jour. Descente en silence pour contempler une dernière fois ce paysage unique.

Sommeil réparateur et hop, nous voilà reparties à l’assaut des stands de rue pour un petit déj local.
Au menu :
– nasi lemak (petit déj traditionnel malais, composé de riz cuit dans du lait de coco, servi avec une sauce pimentée, un oeuf, des concombres, des anchois secs et des cacahuètes grillées) : délicieux
– roti telur : crêpe frite fourrée à l’oeuf et servie avec une sauce pimentée : très bon
– laksa (nouilles servies dans une soupe au lait de coco épicée avec des germes de soja, des oeufs de caille, de la pâte de crevettes). Spécial.

En photo : nasi lemak, petit déjeuner traditionnel malais

Le temps pour nous de récupérer les affaires (qui commençaient sérieusement à puer…) à la laverie, de faire quelques courses (du thé, forcément), et nous nous posons au Ye olde smokehouse, salon de thé très british, pour un thé accompagné de scones et cookies. Thématique bouffe aujourd’hui…

Pour clore la journée, nous nous contenterons d’un thé, avec ou sans lait. La version avec lait nous fera passer notre tour pour le dîner…

 

 

4. LANGKAWI

L’adresse 100% respect : Temple Tree at Bon Ton
En savoir plus : Dormir dans une maison traditionnelle au Temple Tree

Jour 1 à Langkawi :

9h pétantes, direction Kuala Kedah, l’embarcadère du ferry pour Langkawi.

A notre arrivée au Dataï, l’établissement tient toutes ses promesses : on nous invite à surtout ne pas nous occuper de nos sacs pour aller déguster un cocktail au lobby surplombant la piscine, vue rasante au-dessus de la forêt jusqu’à la mer.

Nous savourons… jusqu’à ce que l’hôtesse, puis l’intentante, puis le directeur viennent nous apprendre que notre réservation est introuvable. Le verdict tombe : l’incroyable promotion de Camille était réservée aux résidents malaisiens et singapouriens ! Nous n’avons donc pas de chambre. On nous propose néanmoins une « remise » sur le tarif plein pot. Au vu des lieux, nous décidons de rester une nuit quand même.
Nous ne sommes pas déçues ! Visite guidée de l’hôtel (bar, restaurants, spa, salle de sport, etc.) et visite détaillée de la chambre toutes options (contrôle centralisé de la climatisation depuis le lit, mini-bar, TV, coffre-fort, recommandations d’usage contre l’invasion des singes : notre balcon surplombe la forêt et les singes ont pour habitude de s’y promener et de visiter les chambres qui seraient mal fermées). Tout y passe, ou presque… Une fois la visite terminée, je découvre l’option « nettoie-cucul »… Pensant actionner la chasse d’eau, c’est en fait un petit jet d’eau qui a jailli de la cuvette et qui a joyeusement tout inondé. Il fallait simplement rester assise en attendant que ce petit jet d’eau fasse son travail. Une découverte !

Après avoir fait joujou avec tous les gadgets de notre chambre, nous décidons d’aller profiter de la piscine et de la plage. Sur le chemin, les fameux singes s’agitent dans les arbres.
A peine arrivées à la piscine, c’est là que nous nous sommes appliquées à mettre en place la règle de rigueur ici : ne rien faire soi-même. Un monsieur nous installe une serviette sur le transat de notre choix, un monsieur nous apporte un verre d’eau et une petite serviette humide pour ne pas qu’on ait trop chaud, un monsieur vient nous demander si on a soif toutes les 1/2h, etc. Bref, le personnel est aux petits soins. Nous passons ensuite de la piscine à la plage, en nous disant que nous sommes vraiment chanceuses d’être dans un endroit pareil !
La plage est sublime. Il n’y a pas grand monde. Il ne restera même plus que nous pour assister au joli coucher de soleil.

Ce soir, nous avions réservé dans l’un des 4 restaurants de l’hôtel : cuisine thaï au menu. Succulent. Épatant. Délicieux.

Nous avons dégusté des vins néo-zélandais et australiens. Deux verres ont eu raison de nous !

Jour 2 à Langkawi :

Le lendemain matin, petit-déjeuner royal au bord de la piscine. Encore une matinée à profiter des lieux.

Le Dataï, c’est le LUXE ABSOLU. Ce genre d’hôtel où tout le monde est aux petits soins, bien avant qu’on ait levé le petit doigt. Ce genre d’hôtel au calme, dans lequel on a presque la piscine et la mer pour nous seuls… Mais cela a un prix !

12h, c’est l’heure du check-out direction le check-in de Temple Tree. Nous sommes invitées à entrer dans une demeure de charme traditionnelle et à déguster un thé glacé ananas menthe selon une recette maison. Nous admirons la décoration très soignée.

Puis Alison, la propriétaire des lieux fait son apparition pour un accueil très personnalisé. On nous conduit à notre nouvelle demeure.
Les chambres sont réparties dans 8 maisons en bois inspirées des habitats typiques de plusieurs régions de Malaisie ou voisins asiatiques. La nôtre est toute blanche, charpente apparente, aux murs complètement ajourés pour que l’air circule. Une très grande chambre agrémentée de meubles en bois sombre. Sobriété et élégance. Sur l’arrière, une étroite salle de bain sur toute la longueur, adorable.

Nous nous dirigeons vers la piscine : un charme fou !! Un bassin à débordement, tout étiré : 3m de large pour 30 de long placé dans l’axe d’une petite maison sur pilotis. Vue sur les montagnes. Seuls les chats accueillis en nombre dans cette maison et les avions viennent troubler la sérénité des lieux…

En savoir plus : Dormir dans une maison traditionnelle au Temple Tree

En fin d’après-midi, nous décidons d’aller louer des scooters pour les 2 jours restants sur l’île. Un pour 2 pour ce soir et chacune aura le sien demain matin, pour faire le tour de l’île. Histoire de s’habituer à la conduite à gauche, nous nous promenons aux alentours, à la recherche d’un bar sympa sur la plage pour admirer le coucher de soleil. Nous nous arrêtons sur la plage de Cenang, bondée de cabanes proposant des activités nautiques diverses : jet ski, banane (ça rappellera des souvenirs à certaines…), parachute ascensionnel, etc. Trop de monde. Vraiment pas pour nous. Une fois le soleil couché (et notre bière vidée), nous partons à la recherche d’un distributeur de billets, denrée rare sur l’île.

C’est pleines aux as que nous nous installons à une table du Champor Champor, un super resto nyonya conseillé par Le Routard et le Lonely Planet. Nous avons enchaîné un apéro-entrée-plat-dessert en une heure montre en main. Mais un régal !

Retour à notre case en pétrolette. Comme prévu, on nous a laissé le petit-déjeuner dans notre frigo.

Jour 3 à Langkawi :

Aujourd’hui, nous allons donc faire le tour de l’île de Langkawi en scooter.
Petit déjeuner et hop, c’est parti ! Nous allons tout d’abord donner à boire à nos scooters (1,50€ les 4 litres, ça fait rêver) et rencontrons sur la route de nombreux singes, gentils puis agressifs. On continue.

Nous commençons par le « cable car » (téléphérique), véritable attraction de l’île. Celui-ci monte sur le 2e plus haut sommet de l’île, le mont Gunung Machinchang, à 708m. Et ce n’est pas tout. Un pont suspendu au sommet permet de jouir d’une vue à 360 degrés sur les îles alentours. Vertigineux.

La descente nous donne une dernière occasion d’admirer le décor avant que nous ne reprenions la route direction les chutes de Telaga Tujuh : montée de 636 marches pour atteindre les « seven wells » (puits creusés dans la roche) où nous nous sommes baignées sous la pluie, puis descente par les chutes. Rafraîchissant.

Ensuite, nous roulerons à travers l’île sans véritable objectif, si ce n’est de découvrir l’intérieur des terres. Il fait très chaud et rouler les cheveux au vent est très agréable. Nous nous arrêtons sur la plage de Pantai Rhu. Et là, quelle découverte ! Plusieurs petits îlots aux formes improbables flottent dans une baie naturelle qui s’ouvre sur la mer. Un paysage idyllique. La terrasse du Tanjung Rhu nous a permis d’apprécier non seulement ce cadre mais aussi de délicieux cocktails.

Retour à notre « Temple Tree » pour profiter du coucher de soleil dans la piscine, avant de nous préparer pour aller manger au restaurant du Bon Ton (hôtel voisin, mêmes propriétaires) qui propose une cuisine fusion. La décoration y est tout aussi remarquable et la cuisine au top. L’une s’essaiera aux 9 plats et épices de Malaisie et de Chine. L’autre à l’assortiment de la mer.

Jour 4 à Langkawi :

Ce matin, nous sommes allées rendre nos scooters. Ça sent le départ. Fou rire sur la route du retour à notre hôtel quand mon casque s’est « envolé »… Forcément, la taille 60, ça ne va pas à tout le monde !
En rentrant, notre dernier petit-déjeuner nous attendait.
Nous sommes ensuite allées à la jolie piscine profiter de ce qui sera la dernière heure de soleil de la journée, la pluie n’ayant pas cessé depuis, comme pour nous éviter d’être tristes de repartir de ce petit paradis…

Journée au ralenti : déjeuner, sacs, courses, et un massage d’une heure pour chacune avant d’aller affronter la grande ville de Kuala Lumpur !

 

6. KUALA LUMPUR

1er juin 2011

Bien arrivées à Kuala Lumpur (KL pour les intimes) où nous avons déjà aperçu les tours Petronas de nuit depuis l’avion puis depuis le bus. Impressionnantes.
Un taxi (avons loupé le dernier métro) nous a amené dans notre nouvelle demeure, dont voici quelques photos pour vous faire profiter des lieux :

2 juin 2011

Journée élue la plus fatigante du séjour !
Nous nous levons de bon matin pour aller petit-déjeuner à l’Imbi Market, apparemment le lieu de rendez-vous des locaux.
Nous tournons en rond et, sous cette chaleur accablante, nous décidons de nous arrêter dans un hawker (échoppe de rue) indien. Nous partageons un chicken chapati (crêpe indienne). Nous avons maintenant les esprits plus clairs pour rechercher ce fameux Imbi Market ! Un passant nous l’indique, mais, à l’arrivée, les commerçants remballent. Il est trop tard.

Nous nous dirigeons donc vers Chinatown, le royaume de la copie (montres, stylos, vêtements, chaussures, lunettes, etc). Les reproductions sont d’une qualité épatante… Nous nous baladons à travers ce quartier très commerçant, poursuivons au Central Market (artisanat) puis atteignons le Merdeka Square (Place de l’Indépendance) au coucher du soleil. Nous allons acheter de l’eau en attendant que la nuit tombe car le Sultan Abdul Samad Building qui borde cette place est joliment éclairé.

Nous finirons par un petit tour dans Little India, envahie d’échoppes de saris, écharpes, bijoux. Très coloré. C’est usées que nous reprenons le monorail (métro) pour rejoindre notre guesthouse.
A la descente du métro, notre quartier est animé, nous n’avions pas encore vu autant de stands de rue alignés. L’ambiance est très bonne. Nous finirons la journée sur une bière, des calamars frits et des brochettes de poulet satay à partager.

3 juin 2011

Ce matin, nous sommes debout trèèès tôt (7h30), décidées à obtenir notre précieux sésame pour monter dans les tours Petronas, les plus hautes de la ville (452m).
Au check-out de notre « Green Hut guesthouse », la dame de l’accueil anéantit tous nos espoirs : « it’s too late for Petronas ». En effet, les guichets ouvrent à 9h mais la file d’attente, elle, commence à 6h30 !!! On se console avec un « copieux » petit-déjeuner : sachet de pain de mie posé sur la table, accompagné de deux Tupperwares de beurre et de confiture, ainsi que du thé et du café.

Sur ce, nous décidons de rejoindre notre nouvel hôtel réservé pour notre dernière nuit ici, qui se situe face à ces fameuses tours pour y déposer nos bagages.

C’est allégées que nous allons repérer les guichets où sont vendus les fameux billets.

Sur place, coup de chance, le marché noir fonctionne : nous rachetons donc 2 billets pour 10h40 à 5€ au lieu de 2€ (ça nous évitera de nous lever aux aurores demain).
10h40, on y est. Petit film de présentation de la compagnie pétrolière Petronas (dont le siège occupe l’une des deux tours) à la limite de la propagande puis nous nous dirigeons vers l’ascenseur qui nous amène au skybridge, pont suspendu qui relie les deux tours au 41e étage, en quelques secondes. La vue est superbe. Nous avons 10 min pour nous prêter au jeu des photos avant de devoir redescendre.

Nous rejoignons Little india pour un brunch sur le pouce : beignets variés et lait de soja. D’un seul coup, la ville s’arrête, le marché ferme instantanément, ces messieurs s’alignent, sortent chacun leur tapis de prière de nulle part et s’installent. A perte de vue, sur les trottoirs, entre les échoppes, en pleine rue, la prière commence au son du muezzin.

Sitôt la prière terminée, la ville reprend son rythme habituel et nous gagnons Central market pour quelques achats. C’est là que nous décidons de nous livrer à une nouvelle expérience : la thérapie très branchée de KL, le « fish spa », qui consiste à plonger les pieds dans un bassin rempli de petits poissons et de les laisser grignoter les peaux mortes. Insolite… mais impossible d’y laisser mes pieds plus de 4 secondes et demi, ça chatouiiiiiille.

Nous décidons ensuite d’aller voir l’ancienne gare ferroviaire puis les « Lake Gardens », jardin construit par les Britanniques, qui surplombe la ville. Mais il est difficile de se frayer un chemin dans cette ville, entre routes impossibles à traverser et voies ferrées. Nous marchons finalement 3h pour ne pas voir les Lake Gardens et revenons plus éreintées que la veille dans le quartier de Chinatown pour le dîner (fruits de mer épicés « medium » mais qui arrachaient) et les derniers achats.

Notre magnifique suite domine la ville, mais dommage, les tours Petronas sont de l’autre côté…

4 juin 2011

Il fallait bien que ce magnifique voyage prenne fin un jour, alors voilà, c’est aujourd’hui notre « last one »…
Petit-déjeuner copieux et très varié qui nous permet d’apprécier encore une fois un nasi lemak, un roti canai ainsi que divers gâteaux sucrés du pays.

Nous profitons de notre suite avec jolie vue sur la ville, sans les tours, pour un late check out vers 14h, histoire de prendre un peu de bon temps frais avant d’affronter une nouvelle fois la ville torride…

Direction le marché des produits frais de Chow Kit. Après quelques hésitations et beignets, nous nous engoufrons dans un bazar qui débouche en effet, après quelques pas, sur les premiers stands de fruits (mangues, ramboutans, raisins, bananes, fruits du dragon, etc.) puis d’épices, de piments, de légumes. Nous nous frayons un chemin dans des allées de plus en plus sombres et étroites où défilent les poissons (frais voire vivants ou séchés) et les volailles toutes pattes dehors. Ces tranchées nous emmènent enfin au bout du bout, aux redoutables stands de viande. On constate que tout se mange : abats, pattes de boeufs, queues, peaux, pénis, et bientôt, nous voici cernées par une dizaine de têtes de boeufs posées à même l’étal.
L’accueil est particulièrement sympathique, on est loin des quartiers touristiques, nos hôtes ont envie de se prêter aux photos, ils en redemandent. Nous décidons de déjeuner ici, histoire de profiter encore un peu de cette ambiance authentique. Laksa, char kway teow (nouilles de riz épaisses sautées avec des coques, des crevettes, des oeufs, des germes de soja, de la sauce soja et de la sauce au piment), thé glacé et jus de fruits frais. On se régale.

Retour tranquille à notre hôtel en passant par le Suria KLCC, le centre commercial des tours Petronas et le parc du KLCC où nous trempons nos pieds dans la piscine et assistons à un spectacle de jets d’eau synchronisés.
20h, petit plongeon dans le spa de l’hôtel, douche et mojito pour conclure cette escapade à Kuala Lumpur.

21h30, nous prenons le monorail pour rejoindre la station de « Sentral », à partir de laquelle un bus va nous emmener à l’aéroport.
23h, enregistrement des bagages et dernier repas malaisien…

Cette fois-ci, c’est terminé. Nous rentrons enchantées de ce voyage.

5 juin 2011

Nous avons bien atterri à Paris. N’avons pas vu passer le vol. Il pleut et demain on travaille ;-(

 


Période de voyage : du 19 mai au 5 juin 2011

Transports : 
– Paris-Kuala Lumpur : avion
– Kuala Lumpur-Kota Bahru : avion
– Kota Bahru-Perhentians-Kota Bahru : bateau
– Kota Bahru-Jerantut : train
– Jerantut-embacadère Kuala Tembeling : taxi puis minibus
– Kuala Tembeling-Taman Negara-Kuala Tembeling : bateau
– Kuala Tembeling-Cameron Highlands : bus
– Cameron Highlands-Ipoh : bus
– Ipoh-Alor Setar : bus
– Alor Setar (embarcadère Kuala Kedah)-Langkawi : bateau
– Langkawi-Kuala Lumpur : avion
– Kuala Lumpur-Paris : avion

Infos visa, sécurité, vaccins : Conseils aux voyageurs


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *